‘’Rentrer dans l’intime du travail’’ : les nouvelles formations sur la prévention des risques de santé au travail pour les CHSCT

Ergonome de métier, Franck Einig a passé sa carrière à ausculter les entreprises pour prévenir les risques de santé du travail. Aujourd’hui, il anime les nouvelles formations de LV Consultants habilitées par la Direction régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIECCTE). Son objectif ? Donner aux membres de CHSCT les clés pour diagnostiquer des risques physiques mais également de mal-être et jouer pleinement leur rôle d’alerte.

LV : Bonjour Franck. Vous êtes ergonome, spécialiste des questions de santé et sécurité au travail. Pouvez-vous expliquer en quelques mots ce qu’est la démarche de l’ergonome et ce qu’elle peut apporter à l’entreprise comme à ses salariés ?

FE : La mission de l’ergonome, c’est d’apprécier l’écart entre le travail prescrit (la fiche de poste, ce que le salarié est censé faire) et la réalité du travail. Dans le monde du travail, les écarts sont souvent importants, avec de forts impacts pour l’entreprise comme pour les salariés. Pour l’entreprise, les dérives peuvent se traduire par une baisse de la productivité ou une dégradation de l’image de marque. Pour les salariés, par une fatigue, voire des problèmes de stress et de santé. L’ergonome met en oeuvre une approche systémique de la situation de l’entreprise pour diagnostiquer les facteurs de déséquilibre et émettre, le cas échéant, des recommandations. A ce titre, il peut être saisi tant par les directions d’entreprise que par la médecine du travail ou les membres de CHSCT pour diagnostiquer une organisation, ou encore aider à mettre en place le document unique.

Justement qu’est-ce que le Document Unique ?

C’est le premier niveau indispensable de la prévention des risques de santé au travail. Le DU est un document obligatoire, inscrit dans la loi depuis 2001, mais c’est surtout une chance pour l’entreprise d’identifier les risques de santé au travail et les impacts possibles sur la productivité, et, selon les situations, de générer, réactiver ou renforcer le dialogue social.

Les formations que vous organisez pour LV Consultants sur le Document Unique et sur l’ergonomie concernent tout spécialement les membres de CHSCT. En quoi est-il particulièrement important pour eux d’être formés sur ces questions ?

En fait, c’est tout simplement crucial pour qu’ils puissent pleinement tenir leur rôle d’alerte. Les membres de CHSCT ont de lourdes responsabilités en matière de prévention des risques de santé au travail : interlocuteurs incontournables de la direction sur ces questions, ils ont à charge d’alerter en cas de risque perçu et d’apprécier les impacts de tout changement prévu par la direction. Si une entreprise décide de changer ses horaires, par exemple, le CHSCT sera consulté et pourra demander une étude d’impact s’il estime que les conditions de travail des salariés pourraient en être impactées. Or, les membres, en particulier les nouveaux élus, n’ont à la base aucune formation sur la santé et la sécurité au travail : ils ne disposent ni des outils ni du vocabulaire opérationnel nécessaires pour être efficaces dans leur mission. Souvent démunis face à des dirigeants d’entreprise qui emploient une terminologie consacrée, ils ont parfois du mal à identifier les symptômes de déséquilibre ou les risques potentiels des mesures qui leur sont présentées. C’est pourquoi la loi prévoit que leur soit systématiquement accordé un crédit formation sur ces questions de trois à 5 jours en fonction de la taille de leur entreprise. L’objectif est simple : donner les clés aux nouveaux élus pour leur permettre de poser un œil averti sur leur organisation et pour crédibiliser leur position face à la direction. En clair : expliquer le vocabulaire professionnel, la législation en vigueur, les méthodes de diagnostic…

Quelle approche adoptez-vous pour expliquer ces questions complexes à des profanes ?

Nous travaillons beaucoup sur des films, des cas concrets, nous posons des hypothèses pour analyser différents types de situations de manière pragmatique. A cet égard, les deux formations proposées, bien que distinctes, sont complémentaires. Dans la formation au document unique, il s’agit d’expliquer aux stagiaires ce qu’est un document unique, de les aider à porter un regard critique, de les renseigner sur les enjeux juridiques du DU et de leur apprendre à réfléchir à la situation de travail. Dans la sensibilisation à l’ergonomie, on ira plus loin dans la démarche pratique de diagnostic de la situation de travail, on verra comment on exploite les indicateurs et l’observation sur le terrain pour mieux comprendre ce qui pèse sur l’activité d’une personne ou d’un service. Il s’agit là véritablement de rentrer dans l’intime du travail.

En janvier dernier, LV Consultants a été officiellement habilité par une commission tripartite composée de la préfecture, de la DIECCTE et de partenaires sociaux pour dispenser des formations aux CHSCT. La démarche de terrain, pragmatique, des formations proposées a-t-elle pesé dans cette décision ?

Tout-à-fait. Ce qui explique que LV ait été choisi pour l’habilitation, c’est précisément le côté pratico-pratique des formations proposées. La commission a immédiatement vu qu’elle avait affaire à des consultants de terrain, pas à des théoriciens. En ce qui me concerne, j’ai notamment travaillé pendant plusieurs mois à l’Agence Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail où j’ai notamment accompagné les entreprises à la rédaction de leur Document Unique. Quant à la consultante qui interviendra sur la partie réglementaire, il s’agit d’une avocate spécialiste des questions de droit du travail.

Consulter les fiches-programmes des formations CHSCT.

Restons connectés!