Salariés, des solutions pour vous former à moindre coût

Vous souhaitez vous engagez dans une démarche de formation mais n’êtes pas en mesure d’assumer intégralement ses coûts pédagogiques ? Qu’à cela ne tienne ! Le législateur a prévu des solutions pour encourager le salarié à se former tout au long de sa carrière. DIF, Plan de formation de l’entreprise, congés de formation ou période de professionnalisation… autant de dispositifs qu’il peut s’avérer payant de connaître pour se former gratuitement ou à moindre frais.

Le plan de formation de l’entreprise

Même si le choix des formations inscrites au plan de formation interne de l’entreprise relève intégralement de la responsabilité de votre hiérarchie et de la stratégie de l’entreprise, le plan de formation interne est sans conteste la meilleure garantie de pouvoir développer des compétences dans un contexte professionnel sans frais. Les formations inscrites au plan de formation sont en effet intégralement prises en charge, frais connexes compris, par l’employeur. Si vous justifiez d’au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise, il n’est donc jamais inutile d’adresser une demande au service formation de votre entreprise ou à votre hiérarchique en expliquant le bien-fondé de votre projet de formation et les retombées positives qu’une acquisition de compétences pourraient avoir sur votre travail. De même, on comprendra aisément l’intérêt d’entrer en contact avec les membres du CHSCT qui, au titre de leur fonction sont appelés à s’exprimer sur le plan de formation de l’entreprise, voire à suggérer l’inscription de formations.

Le DIF

Jusqu’à la mise en application de la nouvelle législation sur la réforme de la Formation Professionnelle Continue au premier janvier 2015, qui inaugurera l’entrée en vigueur du Congé Personnel de Formation, le Droit Individuel à la Formation reste le dispositif de référence en matière d’encouragement à la formation professionnelle continue des salariés. Pour rappel, tout salarié, en CDD ou en CDI, acquiert tous les ans 20h de crédit formation au prorata du temps de travail effectif et dans la limite de 120 heures. Si, là encore, la décision d’engager votre épargne formation pour financer un stage est soumise à l’approbation de votre employeur, qui peut la refuser pendant trois ans consécutifs, tous les types de stages sont a priori éligibles pour bénéficier du dispositif. Sachant que les conditions d’éligibilité des formations au titre du CPF seront sans doute plus restrictives (voir notre article), nous ne saurions donc trop vous conseiller de recourir au plus vite au crédit d’heures constitué par le DIF, que ce soit pour consolider les compétences requises à votre poste ou pour acquérir des compétences transverses via des formations courtes. En savoir plus en lisant notre article ‘’Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le DIF’’.

Les congés formations

Particulièrement adaptés à une démarche de réorientation ou de consolidation de longue haleine, les congés formations se révèlent particulièrement payants en termes de développement de l’employabilité. En tant que droit imprescriptible du salarié, ils ne peuvent d’ailleurs être refusés par l’employeur que pour des raisons impérieuses et motivées. On en dénombre trois principaux, ouverts aux salariés en CDI et CDD sous certaines conditions spécifiques : le congé individuel de formation (CIF), dédié à des formations susceptibles de totaliser jusqu’à 1200 heures, le congé de bilan de compétences et le congé VAE (validation des acquis de l’expérience) qui autorise chaque salarié à objectiver ses compétences de terrain par l’obtention d’un diplôme ou d’un titre reconnu par l’Etat. Bien évidemment, le principal intérêt de ces congés formation réside dans leurs modalités de financement : le congé, les frais pédagogiques et les frais connexes peuvent majoritairement être pris en charge par les organismes collecteurs agréés par l’Etat tels que les Fongecif. A une condition toutefois : chaque organisme collecteur définissant ses propres règles (parfois drastiques) de prise en charge, il vous faudra sans doute dépenser beaucoup d’énergie pour monter un dossier étoffé et convaincre votre financeur potentiel.

Les périodes de professionnalisation

Un dossier que vous pourrez peut-être faire passer plus aisément auprès des organismes collecteurs si vous bénéficiez d’un contrat CAE CUI DOM en CDD ou en CDI ou si vous êtes salariés depuis plus d’un an en CDI dans votre entreprise, sous certaines conditions. Au titre de la législation sur les périodes de professionnalisations, les OPCA (organismes collecteurs) font en effet bénéficier de financements avantageux les salariés et employeurs souhaitant mettre en place de concert des formations alternant stage en entreprise et apport théorique. Si vous éprouvez des difficultés spécifiques à votre poste, si vous souhaitez reprendre une entreprise ou sécuriser votre parcours professionnel via l’obtention d’une qualification reconnue, il vous est possible de faire une demande de prise en charge de votre projet à l’organisme collecteur dont relève votre entreprise, sous réserve de l’approbation de votre employeur. [En savoir plus sur les périodes de professionnalisations sur le site de Juritravail]

Restons connectés!